Tana-Antsirabe-Le Grand Ouest...

Publié le par brogio

Aéroport d'Ivato, 5h du matin, Virginie débarque sur le sol malgache. Je l'attends et nous prenons la direction de Mahazo pour prendre un petit-déjeuner à la maison des stagiaires. Ensuite la première étape de notre périple débute... au ministère de l'intérieur! Etant donné que les fonctionnaires ici sont très très lents, je n'ai plus de papier en règle et toujours aucune réponse pour ma demande de prolongation de visa. Je me fais balader pendant deux heures de temps dans les méandres de l'administration ( voir les douze travaux d'Astérix... ) avant de péter littéralement les plombs! Ca sera la deuxième fois en 4 mois. Et hooo miracle, je reçoit enfin le papier qui me permettra de me balader sans problèmes jusqu'au 10 décembre (par contre toujours pas de visa et depuis le 10 je serai de nouveau sans papier...). De là, nous partons pour la gare routière du sud afin de prendre un taxi brousse pour Antsirabe où nous passerons notre première nuit.

 

Vue depuis notre chambre d'hôtel. Photo Virginie.


Le pousse-pousse est moyen de transport en ville, il y en a plus de 6000! La course est pas chère mais bon c'est quand même mieux à pied. Photo Virginie.



On fais même du vélo! Cela nous a permi de découvrir les magnifiques paysages de champs et de rizières de la région d'Antsirabe et de donner mal au fesse de Virginie! ;o) Photo Virginie


A Antsirabe nous réservons un 4x4 qui nous conduira depuis Morondava aux Tsingy du Bemahara. Ensuite nous profitons d'une journée et demie pour visiter la ville et son marché. Nous assistons aussi aux commémorations de l'Armistice avec tout le gratin français et malgache de la ville et les soldats devaient avoir bien chaud en plein soleil pendant toute la matinée, les pauvres...


Photo virginie.


Ensuite c'est le grand départ pour officiellement 12h de taxi-brousse, nous en ferons 17h. Le trajet est bien jusqu'à Miandriviazo, ensuite la route devient une piste trouée et très poussiéreuse. Nous mangerons de la poussière toute la nuit!

Vers 8h le mercredi matin nous débarquons à Morondawa, nous resteront la un jour et nous partirons en 4x4 jeudi pour rejoindre Berobaka aux portes des Tsingy.

Morondawa est comme toute les villes de Mada, sale, polluée, pleine de monde mais on y a trouvé peut être le meilleur restaurant de l'île, pas cher et d'une qualité remarquable! Normal le patron est italien! ;o)



Virginie faisant ses premiers pas dans le canal du Mozambique.


Le jeudi nous partons avec notre guide et un chauffeur en 4x4, le véhicule est plutôt pourri mais bon on a vu pire. A midi les ennuis commencent, notre guide nous demande un service. Quatre touristes sont en rade à Belo sur Tsiribina car leur guide (qui travaille au même endroit que le notre) a perdu 300 Euros et ne peut pas louer de 4x4, donc on nous propose de les prendre avec. Nous acceptons, car ayant l'habitude de galérer depuis 4 mois je suis toujours content quand on me dépanne, je ne peux donc pas les laisser là.

Nous partons donc pour la fin du trajet à 8 dans un 4x4 pour 6 avec plein de bagages!

Le soir nous arrivons au camping de Berobaka et passons là notre première nuit. nous ne sommes d'ailleurs pas tranquille car il y a eu plein de vol de bagages au camping et nous sommes très méfiants, presque paranoïaques!


Photo Virginie


Le lendemain c'est le départ pour les grands Tsingy à une heure de route, la piste est exécrable et avec le chaud la journée s'annonce difficile! Les quatres heures de marche dans la parc sont dures en raison de la température qui doit dépasser les 40 degrés mais cela en vaut la chandelle!




Les Tsingy sont issues de l'érosion d'un ancien massif calcaire. Ce massif rocheux a été formé par l'accumulation de coraux, coquillages et mollusques morts au fond de la mer qui recouvrait la région avant son élévation. Tsingy signifie pointe en malgache, on devine pourquoi. Le parc a été longtemps fermé au public et ce n'est que depuis qu'il est classé à l'UNESCO depuis 1990 qu'une partie de la réserve est ouverte au public. Elle est composée par les grands Tsingy et les petits Tsingy. Elles sont recouvertes de forêts denses sèches caducifoliées et parfois de savanes, 86% des espèces présentes sont endémiques, la flore est donc très originale.



Depuis les point de vue le spectacle est grandiose!


Pas facile de se déplace entre ces pointes de calcaire!


Ho! une touriste...


Ho! Un touriste... Photo Virginie.


Après un  repas pour reprendre des forces nous partons à pied pour les petits Tsingy qui se trouvent à 200 mètres du camping.


Un pachypodium et Virginie.


Un rolier.


Les petits Tsingy sont moins impressionnants que les grands mais tout aussi magnifiques! Ils bordent la rivière ... qui a formé des gorges au milieu de ceux-ci.


Après le jour de visite du parc nous quittons Berobaka, toujours autant serrés dans le 4x4 pour notre prochaine étape.

Il faut signaler que nous avons pas eu droit a de réduction pour avoir pris des passagers en plus et nous ne savons pas si le guide des autres touristes a vraiment perdu l'argent ou l'a gardé pour lui mettant dans l'ambaras notre guide. En effet il avait peur de la mauvaise publicité que pouvaient faire les autres touristes à son groupe de guides par exemple en envoyant des emails au guide du routard ou au petit futé. Il a essayé d'arranger le coup mais en fait personne n'y a gagné quelque chose car la mauvaise publicité sera quand même faite par les autres touristes et en plus par nous!

Méfiez-vous à Mada il ya plus de mauvais guides et de profiteurs que de vrais professionels et les vrais professionels coûtent vraiment très cher! Mada est une destination pour touristes fortunés ou alors partez sur une longue période et voyagez comme les malgaches. Ca coûte pas cher mais c'est lent... Très lent...


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article